Histoire du Village

La municipalité de Saint-Alexandre-des-Lacs est située au nord-est de la Vallée de La Matapédia dans la région du Bas-Saint-Laurent. La municipalité est constituée de nombreuses collines et de dix-sept lacs.

C'est vers la fin des années 1910 que les premières personnes viennent s'établir sur le territoire qui deviendra plus tard la municipalité de Saint-Alexandre-des-Lacs. Le curé Alexandre Bouillon, de la paroisse Saint-Edmond (Lac-au-Saumon), célèbre la première messe en 1920. La municipalité fut établie comme mission en 1922 sous le nom de Notre-Dame-des-Champs et Lac-à-Pitre et fut officiellement formée en 1965.

©2010 CIIIM

Origine du nom

En 1924, la municipalité a reçu le nom de Saint-Alexandre-des-Lacs en l'honneur de l'Abbé Alexandre Bouillon qui, par sa volonté de fonder et de conserver le statut de la paroisse, a su conquérir le cœur des citoyens. La présence de nombreux petits lacs (17) qui parsèment le village et les alentours ne laisse aucune équivoque quant à la motivation du dernier constituant des Lacs.

Historique de la population

C'est à compter des années 1910 que les gens viennent s'établir sur le territoire. À cette époque 7 maisons sont construites et le curé de la paroisse Saint-Edmond au Lac-au-Saumon, Alexandre Bouillon, vient y célébrer la première messe en 1920. Une première école est construite en 1924 et on dénombre alors près de 40 familles. En 1928, la paroisse est désormais placée sous le patronage de Saint-Alexandre. La population croit rapidement dans les premières années de la mission avant de se stabiliser à près de 400 habitants vers le début des années 1940. Le sommet historique sera atteint vers la fin des années 1950, alors que l'on dénombre près de 700 habitants et vraisemblablement une centaine de familles. À partir des années 1970, la population ne dépasse plus les 400 habitants. en 2010, la population se chiffre à 281.

Territoire

Saint-Alexandre-des-Lacs, possède un vaste territoire où prédomine un paysage agro-forestier parsemé de plusieurs plans d'eau et où le relief accidenté comprend plusieurs sommets montagneux. On y retrouve la présence de plusieurs sentiers récréatifs tels que le SIA (sentier international des Appalaches), le sentier matapédien de véhicules quad et un réseau local de sentier de motoneiges.





 

Événements marquants

À l'été, 1937, un feu d'abattis, qui avait été fait au Lac Rouge, fut échappé et ravagea tout sur son passage jusqu'aux limites de la Riviève Matane. Beaucoup de résidents perdirent leur maison lors de cet incendie qui dura une vingtaine de jours. Pour limiter les dégâts, une digue de terre fut improvisée. Cette région, désormais appelée "coupe-feu" est un paradis pour les chasseurs.